RECHERCHES - Rapports entre ethno-cultures, écologie politique et symbiocène :

La génération occitaniste des années 1970 a hésité entre régionalisme, autonomisme, autogestion, socialisme, tout en découvrant dès 1974 le féminisme, l’écologisme et l’altermondialisme. La marginalisation subie au cours des années 1980 et 1990 n’a pas empêchée la continuation d’une réflexion sur l’identité culturelle, la laïcité, l’éducation, la nature, le climat… sans jamais cesser de confronter ces questions aux paramètres du local et des institutions républicaines, de l’actualité et de l’histoire. Autant
d’expérimentations qui concourent à l’approche d’un occitanisme du XXIème siècle, capable de résister aux dérives de l’anthropocène.